Séquence 2.1. Les outils de collaboration

2.1. Les outils de collaboration : les wikis

Les wikis sont des outils merveilleux pour mobiliser ses connaissances et progresser en groupe. Un wiki est une page qui va être modifiable soit dans un cercle restreint (par exemple une classe) ou bien par tous les internautes (par exemple le célèbre Wikipédia). Chacun y apporte sa contribution pour finalement écrire en groupe un texte.

Faire utiliser les wikis à des apprenants a de nombreux avantages:

  • Tout d’abord, ils apprennent à travailler en groupe dans une démarche de respect du travail de l’autre ;
  • L’information sur Internet est vaste. Avec le wiki, les apprenants deviennent des chercheurs. Ils apprennent à trier l’information et à faire des choix de contenu tout en étant synthétique;
  • Grâce à cette démarche socioconstructiviste qui oblige donc les apprenants à faire de la recherche et à trier l’information, ils acquièrent une certaine connaissance sur le sujet qu’ils traitent ;
  • Enfin, les apprenants se familiarisent avec Internet et ses possibilités, ce qui les amènera par la suite à les réinvestir dans d’autres situations. C’est aussi une démarche citoyenne…

Via un wiki conçu spécialement pour cette séquence, nous avons tenté de définir ensemble ces deux termes:

  • Qu’est-ce que la conception médiatique ?
  • Qu’est ce que la scénarisation pédagogique?

Puis nous avons réfléchit à la différence qu’il peut y avoir entre un concepteur médiatique et un ingénieur pédagogique.

Pour accèder au wiki, cliquez Ici.

Voici ma contribution:

Qu’est-ce que la conception médiatique?

Ma recherche d’une définition précise de ce qu’est la conception médiatique en e-learning m’a amenée à relever deux éléments de réponses, à priori complémentaires : d’une part par une « définition » générale, qui résumerait les principes, activités constituant la conception médiatique et les compétences associées qu’elle requiert ; d’autre part, par une définition plus pratique, mettant davantage en avant l’intégration de la conception médiatique, comme étape, au sein du processus de construction d’un projet numérique pédagogique.

La définition générale s’inspire principalement de la fiche de présentation de la formation en conception médiatique, réalisée par l’université Paul Valéry de Montpellier. Elle décrit la conception médiatique « comme un ensemble de compétences transversales en design des interfaces technologiques et en communication en réseau ». Ces deux domaines impliquent des compétences techniques (conception d’interfaces interactives audio-visuelles et animées, réalisation d’applications innovantes, connaissance des différents médias et de la pertinence de leur usage, etc.) ainsi que des compétences plus « relationnelles », proche du management (assurer la coordination des différents acteurs, des réalisateurs aux usagers, de l’environnement, et de la technologie et le respect du calendrier, favoriser la communication de l’amont à l’aval du projet). Le terme de projet ou dispositif « socio-technique », choisi par l’université Paul Valéry, pour désigner cet objet sur lequel travaille la conception médiatique est approprié pour souligner cette double dimension, double considération, humaine et technique. Les interfaces ne recouvrent pas seulement un volet graphique, ce sont également des « espaces à vivre », lieux d’un travail collaboratif. D’où la volonté par l’université Paul Valéry de mettre l’accent sur l ‘aspect communicationnel de l’interactivité, qui est au cœur de ces dispositifs socio-techniques.

Par ailleurs, il est possible de se faire une idée plus appliquée de ce que peut être la conception médiatique en e-learning à travers la démarche de conception présentée par Gilbert Pelletier[1]. Ce dernier propose de faire figurer la conception médiatique à la quatrième place d’une démarche itérative constituée de cinq rubriques / étapes : 1-Analyse de la situation ; 2- Analyse et structuration des contenus ; 3-Conception pédagogique ; 4-Conception médiatique ; 5- Réalisation. La conception médiatique est alors la phase au cours de laquelle les paramètres de l’interface et les choix technologiques associés doivent être définis. Une vision globale doit être formulée sous forme de schéma. Cette étape de conception médiatique est elle-même subdivisée en quatre phases distinctes : description de l’approche médiatique utilisée et établissement des principes médiatiques devant guider la conception ; choix des médias et de l’environnement ; définition d’une charte graphique ; présentation d’un diagramme de l’ensemble des composantes de l’environnement ; préciser la configuration requise tant pour la diffusion du cours que pour son suivi par les apprenants, pour lesquels doit aussi être spécifié les habilités nécessaires à ce suivi.

La conception de l’interface est là aussi au cœur de la conception médiatique. En outre, on note à nouveau, à travers l’avant et la dernière phase de la conception médiatique, l’attention portée à l’environnement d’apprentissage et à la bonne maîtrise du dispositif par les enseignants comme par les apprenants. D’autre part, comme l’indique la fiche réalisée par l’université de Montpellier, on voit bien, également à partir de la définition de Gilbert Pelletier, comment la conception médiatique peut constituer un préalable à l’élaboration de certains documents clefs tels que le cahier des charges (des pré-requis, environnement informatique, configuration des postes, etc), le synopsis et le scénario (choix et descriptions des médias retenus, association média-contenus traités, etc.). Si la conception médiatique tend ici à apparaître à l’amont de la réalisation de ces deux derniers documents, les réflexions concernant la scénarisation pédagogique peuvent logiquement commencer au même moment voir à l’amont, comme l’indique la démarche proposée par Gilbert Pelletier dans laquelle la conception pédagogique peut être assimilée en partie au travail de scénarisation pédagogique.

Qu’est-ce que la scénarisation pédagogique ?

Si l’on reprend la définition proposée par Virginie Torrens, la scénarisation pédagogique consiste à modifier des contenus existants sous un format traditionnel (polycopiés, livres, etc.) dans le but de les adapter à une diffusion en ligne. La création d’un scénario pédagogique (ou scénario d’apprentissage) serait le résultat de ce travail d’ « adaptation médiatique » de l’apprentissage. Il consiste à décrire le processus d’apprentissage. Pour cela il précise les objectifs visés, comporte un descriptif des activités des apprenants, avec indication des ressources, services et outils dont ils auront besoin pour chacune d’entre elles. Le scénario pédagogique prévoit également une planification de ces travaux d’apprentissage et il renseigne sur les modalités d’évaluation propre à chacun. En réalité, il existe un scénario, accompagné de toutes ces composantes, pour chaque module dans lesquels a été découpé un enseignement (à l’image des découpages de la scénarisation médiatique au théâtre, cinéma). La médiatisation et la scénarisation des contenus est donc centrale dans la scénarisation pédagogique. Néanmoins, précisons qu’en fin de compte cette scénarisation vaut aussi pour les activités de l’enseignant et de l’apprenant : structuration et organisation des activités, exploitation de l’interactivité du scénario et de l’environnement dans lequel il s’inscrit.

Ainsi, s’il n’est que « le résultat d’un processus de conception d’une activité d’apprentissage » (Recr@sup, 2002), le scénario pédagogique laisse entrevoir les multiples aspects de la scénarisation pédagogique : définition et délimitation des contenus à traiter, détermination des résultats attendus pour chaque module, choix d’un type d’activité pédagogique, réflexion sur l’enchaînement des modules, valorisation de l’interactivité, etc. Elle intègre et reflète la stratégie pédagogique et les principes pédagogiques choisis pour guider la conception des contenus médiatisés. La scénarisation pédagogique occupe donc une large place dans « ce processus de conception d’une activité d’apprentissage » (dans lequel il faut également intégrer la conception médiatique, qui malgré une dominante d’apparence technique, place au cœur des réflexions les considérations pédagogiques). D’ailleurs, dans le guide de scénarisation pédagogique e-learning publié par l’université de technologie de Troyes, la scénarisation rassemble deux étapes de conception dans la conduite de projet e-learning : la conception générale, débouchant sur la rédaction du synopsis, et la conception détaillée, débouchant sur la rédaction du scénario. De même la notion de conception pédagogique proposée par Gilbert Pelletier reprend très largement ce travail créatif et conceptuel de scénarisation pédagogique (choix d’une stratégie pédagogique, découpage modulaire et assignation d’objectifs, création d’un scénario interactif…). Ainsi, si l’on considère le volet « conception » et volet « réalisation », le travail de scénarisation pédagogique nécessite la collaboration d’une équipe transdisciplinaire : enseignant, expert de contenus, concepteur médiatique, programmateur, infographiste, etc.

Enfin, nous référant à l’article « la scénarisation pédagogique dans tous ses débats » de F.Henri, C.Compte, et B.Charlier, il est également important de rappeler le caractère évolutif de la scénarisation pédagogique. Un caractère évolutif lié aux mutations de l’environnement médiatique (de « simples » supports audiovisuels à un environnement informatisé) mais aussi aux changements et aux tendances qui prévalent dans les théories de l’apprentissage (de l’approche béhavioriste à l’approche cognitiviste et constructiviste).

Y a-t-il une différence entre un concepteur médiatique et un ingénieur pédagogique ?

Indépendamment de la réponse apportée, cette question mérite d’être posée ne serait-ce que pour se rendre compte, à travers les recherches effectuées, qu’effectivement la distinction ou l’équivalence entre les deux termes n’est pas toujours évidente. Ainsi, au cours d’une présentation rapide d’une méthodologie mise en œuvre pour définir et délimiter les compétences d’un concepteur médiatique, Déborah Arnold, chef de projet e-learning à l’université Nancy 2, évoque succinctement l’ambigüité existant autour de l’usage de l’un ou de l’autre terme : « Le rôle du concepteur médiatique, parfois connu sous le nom d’ingénieur pédagogique (…) ». Ici les deux fonctions seraient donc plus ou moins identiques. Il n’est pas inimaginable effectivement qu’un ingénieur pédagogique soit aussi concepteur médiatique de par la polyvalence de ses compétences (pédagogie, science de l’apprentissage, scénarisation, connaissance multimédia et TICE). Il semble plus compliqué d’affirmer l’inverse du fait que la conception médiatique, si nous l’avons traité dans le contexte de l’ingénierie pédagogique, peut aussi concerner d’autres champs d’action (communication d’entreprise par exemple). Toutefois, il est envisageable qu’un concepteur médiatique spécialisé dans l’enseignement et la formation puisse occuper le rôle d’ingénieur pédagogique au sein d’un projet numérique pédagogique. D’ailleurs, si l’on considère que la scénarisation pédagogique est une mission importante de l’ingénieur pédagogique (qui intervient sur d’autres domaines également tels que l’élaboration du cahier des charges), les deux premières questions ont différencié les rôles de ces deux fonctions, mais elles ont aussi souligné leur complémentarité évidente. Par exemple on imagine qu’au moment de la phase conceptuelle de la scénarisation pédagogique, les allers-retours avec la conception médiatique sont fréquents (choix des médias qui seront utilisés pour tels contenus, élaboration d’un environnement d’apprentissage adapté, conception d’interfaces dynamiques et interactives, etc.). De façon théorique, on serait simplement tenté de dire que la dimension pédagogique (choix des contenus, stratégie pédagogique, type d’activité pédagogique…) est plus présente chez l’ingénieur pédagogique que chez le concepteur médiatique, sans pour autant remettre en question les compétences techniques du premier cité, compétences qui interviennent qui plus est dans ses choix pédagogiques. A l’inverse, le terme de concepteur médiatique invoque davantage des compétences techniques (connaissance et maîtrise multimédia, design d’interfaces interactives, audiovisuelles et animées etc..), bien que mises à disposition d’un but pédagogique. Cependant, il s’agit là d’un découpage assez théorique, la réalité pouvant donner lieu à une répartition des rôles plus complexe et surtout variant selon les projets. Ainsi, dans ce cadre d’un projet où un ou plusieurs enseignants sont familiarisés à la scénarisation pédagogique, il est possible que l’ingénieur pédagogique intervienne moins sur les questions pédagogiques de premier ordre (partie conception de la scénarisation) et se concentre davantage sur les questions de conception médiatique ainsi que sur la partie réalisation et suivi aval de la scénarisation, toujours en collaboration avec d’autres professionnels (enseignants, infographistes, programmateurs…). En revanche, la fiche de présentation de l’université Paul Valéry de Montpellier à la formation en conception médiatique semble traduire une faible différenciation entre les deux fonctions. En effet, lorsque l’on jette un œil aux compétences dont doivent disposer les concepteurs à la fin de la formation, on observe bien que la répartition des prérogatives effectuée au cours des deux premières questions n’est plus tellement valable : activités classées comme étant de conception médiatique (« décider de l’opportunité des médias utilisés ») et activité dîtes de scénarisation (« modulariser un contenu de formation dans l’objectif de le présenter sous forme interactive ») se retrouvent réunies dans une même formation à la conception médiatique. Aussi, on remarque les compétences de coordination et de gestion dont semblent devoir disposer tant l’ingénieur pédagogique que le concepteur médiatique (« animer une équipe interdisciplinaire et à dimensions créatives »).


[1] Chercheur travaillant notamment en collaboration avec le LICEF (Laboratoire en Informative Cognitive et Environnements de Formation). Il est l’auteur, avec R. HOTTE et K.Colombiano d’une communication scientifique intitulée « Le web 2.0, une plateforme d’e-learning », présentée pour le 7e colloque Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (Nancy, 2010).

Bibliographie et Sitographie :

Arnold, Déborah, « Quelles compétences pour la conception médiatique ? » elene-TLC (doc word), http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=0CDoQFjAC&url=http%3A%2F%2Fwww.elene-tlc.net%2FFile%3AWork_Packages%2FWP_D_-_Dissemination%2F1._Events%2FELene-TLC_conception_mediatique_Arnold.doc&ei=yPETUZTpCYeX1AX0zoDwBw&usg=AFQjCNHf_y3PtNcK1Ej6tqiiBdQa_DQH4Q, consulté le 5 février 2013.

Fiche de présentation au DU en conception médiatique Université Paul Valéry (Montpellier), http://agile.thierrycros.net/formation/conceptionMediatique2007.pdf, consulté le 3 février 2013.

France, Henri, Compte Carmen et Bernadette Charlier. « la scénarisation pédagogique dans tous ses débats », Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 4(2), 2007. http://www.ritpu.org/spip.php?article132, consulté le 5 février 2013

Guide scénarisation pédagogique (Université technologique de Troyes), http://foad.cr-champagne-ardenne.fr/uploads/PDF/Guid3_Scena-pedagEL_UTT.pdf, consulté le 5 février.

La citation de récr@sup (2002) sur les scénarios pédagogiques (« réseau de Centres de Ressources Universitaires et d’enseignants chercheurs impliqués dans l’analyse, la mise en œuvre ou l’accompagnement d’usages des TIC dans les pratiques de formation universitaires », http://tecfa.unige.ch/tecfa/research/recreasup/ ) est repris du wiki de paris 5 Descartes qui la cite déjà : http://wiki.univ-paris5.fr/wiki/Sc%C3%A9nario_p%C3%A9dagogique

Pelletier, Gilbert. Démarche de conception d’un cours sur Internet, février 2009 (doc word), http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=0CDUQFjAB&url=http%3A%2F%2Fmerlebleu.org%2Ffiles%2Ffad%2Fdemarche-de-conception.doc&ei=s-4TUezmLo3s0gX-0oCwAQ&usg=AFQjCNHa–xtsEldjwZAJWdnop3OkoT6Lw&bvm=bv.42080656,d.d2k, consulté le 2 février 2013.

Torrens, Virginie. « La scénarisation pédagogique : L’art de médiatiser les contenus », http://refpeed.net/dokeos/courses/FLE3/document/part3/p_3_42.html, consulté le 5 février 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s